Poser la question de l’avenir de la médecine libérale, c’est bien; débattre sur les propositions faites par le Conseil National de l’Ordre des Médecins serait mieux!

Par quatre fois en moins de 3 mois, le Président Nicolas Sarkozy en avait appelé à une « grande concertation » sur la médecine libérale (voir mon précédent billet : Pour la 4ème fois en moins de 3 mois, le Président Nicolas Sarkozy promet « une grande concertation » sur la médecine libérale). La première fois, c’était le 12 janvier 2010, à Perpignan lors de ses vœux au monde de la santé. Nicolas Sarkozy avait demandé au président du Conseil national de l’ordre des médecins de lui faire des propositions à la fin de mars pour refonder la médecine libérale.

Aussitôt demandé aussitôt fait !

Aussitôt demandé aussitôt fait, le Dr Michel Legmann, Président du Conseil national de l’ordre des médecins, a réuni ses conseillers ordinaux nationaux en séminaire les 18,19 et 20 mars 2010 sur le thème de « l’avenir de la médecine libérale ».

Mission accomplie

Les conclusions de ce séminaire de trois jours, sous la forme d’un document de cinq pages, ont été mises en ligne sur le site du CNOM le 31 mars.

Un séminaire, 3 ateliers

Les conseillers ont travaillé dans trois ateliers dont les thèmes étaient:

Atelier n°1: « Existe-t-il encore une médecine libérale? Comment faire pour redonner envie aux jeunes confrères d’aller dans cet exercice? »

Atelier n° 2: « L’aménagement des activités et des conditions matérielles d’exercice »

Atelier n°3: « La revalorisation du statut social du médecin »

Six axes principaux

Les pistes d’évolution de l’exercice libéral de la médecine, explorées pendant ce séminaire sont hiérarchisées en six principaux axes:

  • la définition de l’activité libérale,
  • la valorisation du contenu du métier,
  • la formation universitaire et les études professionnelles,
  • le bon usage des soins,
  • l’environnement médical,
  • l’informatisation.

I – La définition de l’activité libérale

« L’indépendance professionnelle du médecin libéral et une rémunération essentiellement à l’acte » restent les deux critères essentiels pour un exercice libéral de la médecine. « Cependant force est de constater que l’évolution de l’exercice professionnel tend à « ébranler » les principes fondamentaux de l’exercice libéral de la médecine (indépendance, paiement à l’acte, liberté de choix, liberté de prescription et liberté d’installation) ». C’est de la mission de l’Ordre des médecins d’en défendre la pérennité.

II – De la valorisation du contenu du métier

En reconnaissant que l’acte médical est plurifactoriel, alors le principe même actuel de l’application de lettres clé ne permet pas de prendre en compte cette diversité et complexité. Selon ces conclusions, « la revalorisation de l’acte passe nécessairement par des études analytiques de la valeur de chacun des composants de l’acte. Cela implique une hiérarchisation des actes en fonction de leur complexité et une diversité des modes de rémunération » et amène à inventer de nouvelles modalités de rémunération de l’exercice.

III – Formation universitaire et études professionnelles

Considérant que la formation médicale universitaire initiale ne prépare pas à l’exercice médical libéral mais à l’exercice hospitalier car elle n’inclut aucune formation à la gestion d’un cabinet, le CNOM propose de changer les modalités de la formation en intégrant dès les premières années d’étude, la médecine libérale, tant générale que d’autres spécialités.

IV – Du bon usage des soins

« Nécessaire éducation du patient. Certes ce qu’il doit attendre du médecin mais aussi ses devoirs à son égard ».

V – De l’environnement médical

Puisque les médecins ne souhaitent plus exercer isolément, il convient donc « d’inciter au regroupement des médecins sur les territoires de santé par une politique publique ambitieuse de soutien aux investissements ». Le regroupement n’étant pas nécessairement un regroupement sur un même lieu mais aussi par la mise en réseau informatisé afin d’assurer la coordination de professionnels « dispersés sur zone », il convient d’entreprendre « une réflexion à un haut niveau juridique sur une évolution de la doctrine des responsabilités notamment dans les groupements de coopération sanitaire (GCS) et dans les formes nouvelles d’exercice regroupé ». Afin de « dégager du temps proprement médical au bénéfice du patient », il est proposé un « nouveau métier » sous la forme d’une véritable assistance professionnelle au bénéfice du patient et de gestion, dépassant le cadre du seul secrétariat. Enfin, des propositions sont faites afin de simplifier et rationaliser toutes les relations administratives jusqu’à même proposer de créer un « Observatoire national de la rationalisation administrative dans les relations des médecins avec les organismes de protection sociale », tout un programme !

La relation ville-hôpital, les coopérations avec les autres professionnels de santé, la continuité et la permanence des soins et les remplacements font aussi l’objet de propositions.

VI – De l’informatisation

Le CNOM propose de favoriser l’informatisation de l’exercice de la médecine, dans toutes ses composantes : mises en réseaux de tous les acteurs, sécurisation des échanges, prise en charge financière des systèmes et des adaptations évolutives des solutions logicielles, intégration à la sécurité informatique et au plan de l’économie numérique en santé les sécurités déontologiques, reconnaissance de la valeur juridiquement probante des échanges dématérialisés et développer la prescription électronique.

Des conclusions tant attendues

Après les multiples appels du Président Nicolas Sarkozy qui a fait de la refonte de la médecine libérale une « priorité nationale », nous pouvions nous attendre à une « médiatisation » à outrance des conclusions de ce séminaire… pas un article dans la presse, pas un mot dans les radios, pas un reportage sur les télés…

C’est à se demander si ce qui est plus important est d’en parler plutôt que de trouver les pistes réelles de refonte de la médecine libérale.
J’espère me tromper…

Advertisements

8 Responses to “Poser la question de l’avenir de la médecine libérale, c’est bien; débattre sur les propositions faites par le Conseil National de l’Ordre des Médecins serait mieux!”


  1. 1 Didier VIGNON 6 avril 2010 à 12 h 03 min

    Tant que les personnes compétentes et expérimentées en matière d’exercice de la médecine avec un statut libéral seront laissées à l’écart, aucune proposition émanant de la technostructure énarquiène et/ou hospitalo-universitaire pourra être en adéquation avec une adaptation du statut de ceux qui ont choisis d’exercer à titre libéral, notamment les spécialistes de l’omnipratique !
    Pourtant 80% des recours se font par cette voie !
    Depuis de longtemps des propositions sont en attentes dans les cartons de la Profession organisée : Secteur optionnelle promotionnel, dissociation du cout de l’acte intellectuel de celui des plateaux techniques, permanence des soins, délégation de tâches, maisons médicales…Savez-vous qu’aujourd’hui encore l’Ordre stipule qu’une salle d’attente ne peut être commune entre un dentiste et un médecin ? Mieux encore, entre deux spécialistes médicaux (un généraliste et un cardiologue par exemple !)! Et c’est au CNOM qu’a été confie la mission de proposer des pistes pour promouvoir la médecine libérale !

    • 2 Alain 6 avril 2010 à 21 h 59 min

      Merci Didier pour ton commentaire.
      En effet, cela inquiète… la volonté était d’inclure différentes parties prenantes dans le groupe d’expert sous la présidente du Dr Michel Legmann, Président du Conseil national de l’ordre des médecins. L’aventure ou l’affaire Christian Saout, Président du Collectif Interassociatif sur la Santé (le CISS) et Président de la Conférence Nationale de Santé a du, après les « Playmobils » et les « sacs à main », amener le Dr Legmann a se recentrer sur ses conseillers ordinaux nationaux afin d’éviter tout risque…

  2. 3 Benoit Gallet 7 avril 2010 à 11 h 43 min

    Merci Alain pour cette médiatisation des travaux de l’Ordre;
    pour ma part je me pose deux questions:
    1) Y a t il eu une réelle médecine libérale, depuis les différentes conventions???
    2) je comprend le souci de la formation initiale pour les MGs, mais je m’étonne que la formation continue soit passée sous silence…

    • 4 Alain 7 avril 2010 à 12 h 19 min

      Merci Benoit pour ton commentaire (toujours pertinent…).
      1. « Y a t il eu une réelle médecine libérale, depuis les différentes conventions??? ». C’est vraiment la question; Que reste-t-il de « libéral » dans la pratique? L’ordre essaie de s’accrocher à cette définition mais… les jeunes médecins semblent ne plus vouloir exercer de la sorte sans véritablement « bénéficier » du statut de libéral: aujourd’hui, c’est tous les inconvénients et pas les avantages…!!!
      2. Pour la FMC sous silence, c’est tout a fait vrai et il faudrait parler aussi de l’évaluation des pratiques professionnelles qui, avec la formation continue ont comme finalité commune de faire évoluer la pratique pour améliorer la qualité et la sécurité des soins. Cela passe « à la trappe » comme si cela n’était absolument pas le sujet!

  3. 5 pibi 14 avril 2010 à 10 h 15 min

    Bonjour,

    personnellement je ne comprends pas votre conclusion trés dubitative concernant les axes de travail sur l’orientation à venir de la medecine libérale.

    Il me semble qu’ils soient assez justes, en particulier l’idée du chapitre V concernant un « nouveau metier » de mediateur socio-santé et qui serait enfin le substitut de guichetier de secu que les conventions successives a fait endossé aux medecins generalistes.

    Par ailleurs,un élement dans la reflexion me semble trés pernicieux, c’est de confondre « medecine libérale » avec la medecine generale ou bien l’englober aves la « medecine specialisé » on ne sait jamais de quoi il est parlé. … avec le terme « medecine de proximité » au moins cela fixe un peu plus le débat sur les medecins generalistes.

    La problématique « medecine generale » et « medecine spécialiste », grossiérement il me semble que pour les specialistes elle soit surtout financiére et démographique, pour les medecins generalistes elle soit fianciére, demographique,et enormement aussi statutaire.

    Les enjeux ne sont pas les mêmes bien que se confondant parfois et à des degrés divers, il me semble que il faut y faire trés attention bien que discuter de ces différences puisse être une source de beaucoup de confrontations steriles noyant le débat dans la profession.

    Cordialement

    • 6 Alain 15 avril 2010 à 12 h 01 min

      Merci de votre commentaire.
      Je ne suis pas vraiment dubitatif; à l’exception de votre exemple de « nouveau métier » de médiateur socio-santé, sorte de nouveau métier « fourre-tout » de tout ce qui ne marche pas, sans vouloir vraiment traiter la cause.
      Le diagnostic est aujourd’hui clairement posé, les explications sont à peu près claires, les aspirations des actuels et futurs médecins libéraux aussi.
      J’espère vraiment que, tous ensemble, nous trouverons le nouveau modèle de médecine libérale de demain dans l’intérêt de tous, de tous les français d’abord, de tous les professionnels de santé et des autres parties prenantes.

  4. 7 Assureo-santé 19 mai 2010 à 15 h 38 min

    Les médecins libéraux se font rares,,,, Les jeunes diplômés délaissent la pratique libérale au profit d’emplois salariés. Ne laissez pas cette profession disparaître, je suis pas une professionnelle de la santé, C’est juste un point de vue que je voulais partager

    • 8 Alain 19 mai 2010 à 15 h 57 min

      Merci pour ce commentaire.
      Il n’est pas nécessaire d’être professionnelle de santé pour exprimer un point de vue sur la santé.
      La santé est l’affaire de Tous…
      Encore merci
      Alain


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Mon compte Twitter @AlainClergeot

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930